2016 _ Les curieux dans le quartier Croix de Pierre


Nous avons eu la chance en juin 2016 de faire une visite avec l’association des AMR (Amis des monuments rouennais) sous la conduite de monsieur R Delsalle dans le quartier que vous venez d’explorer aujourd’hui. Ceci nous a permis de remanier certaines questions.
Il y a assez peu de documents sur l’église Saint- Vivien. Mais dans « Histoire de la ville de Rouen » de 1731, nous apprenons que les reliques de St Vivien (un os d’un bras et un de ses souliers) furent apportées ici en 1459.

Voici quelques représentations de l’église et de la place. Ainsi une carte postale qui nous montre le portail avant les travaux de effectués par L Lefort, et une gravure retrouvée sur Gallica sur l’intérieur de l’église.
Vous ne pourrez qu’admirer cette peinture de Pinchon et cette magnifique carte postale trouvée dans le dernier ouvrage publié par Guy Pessiot.
Vous avez sans doute été intrigués par cette grille mystère, voici ce qu’en dit la revue « Fèvres ». Merci à Dominique Samson qui a fait un schéma pour nous expliquer en quoi cette grille était pratiquement inviolable.
Au niveau de l’avenue de la porte des champs actuelle se trouvait l’aître Saint- Vivien, qui fut, pour les mêmes raisons que l’aître St Maclou, agrandie à cause de la peste puisqu’en effet comme pour toute église le cimetière se trouvait autour de l’église. Dans cet aître se trouvait une petite chapelle qui fut détruite au début du 20 e siècle et que vous article de Ed Duveau dans le bulletin des AMR de 1905.

Et oui aussi surprenant que cela puisse paraître se trouvait bien ici l’hôpital Saint Vivien
Il ne faut pas imaginer cet hôpital comme un lieu où on soignait les gens. Voici ce que nous disait Melle Eude dans un article écrit en 1985 pour l’association des hôpitaux de Rouen .

Derrière le portail bleu de la « résidence Antoine », certains d’entre vous ont eu la chance de retrouver le tracé de la pittoresque rue des matelas. Et si vous alliez au golf du Vaudreuil pour retrouver la poutre de la « maison ailée » de 1737.

Aujourd’hui une caserne en vente, demain des appartements pou un hôtel 5 étoiles ? Un séminaire au 17e et 18e nous raconte l’abbé Favé

Grâce à cet extrait du cadastre napoléonien du début du 19e siècle nous retrouvons la trace de la petite rue Brutus que les anciens du quartier ont bien connue . Guy Pessiot, Henri Salesse et des amoureux de la ville de Rouen dans leur blog nous en ont laissé un témoignage.

La véritable croix de pierre. Vous saurez tout en lisant ce texte de T. Licquet de 1831
Voici quelques représentations de la Croix de pierre

Jules Adeline, et oui un homme très important dans notre quartier et un amoureux de sa ville, comme vous allez le constater
En 1896 eut lieu à Rouen l’exposition coloniale. Jules Adeline avait reconstitué le Vieux Rouen
Voici quelques gravures de ce « vieux Rouen »
En 2012, à l’abbatiale St Ouen, eut lieu une magnifique expo « Rêver Rouen ». Voici comment Jules Adeline se représentait un Rouen qui ne vit jamais le jour.

https://croix2pierre.com : Sur le site de la croix de pierre, Olivier Poupion a écrit un article passionnant sur le cinéma « la renaissance » qui laissa place au « Vox » en 1960.

Dans le livre des AMR sur les pans de bois à Rouen, Michel Benoist nous décrit cette maison 85 rue St Hilaire
Vous trouverez dans ce magnifique livre que nous vous recommandons particulièrement la description de toutes les maisons à pans de bois de la ville de Rouen.

La rue Pas de Gaud . On lit très souvent que le nom de cette rue viendrait d’une enseigne qui représentait un « papegault » : un perroquet . Mais ce n’est peut-être pas la seule explication d’après l’abbé Sauvage

« Histoire de la ville de Rouen » de 1731, va nous éclairer sur le couvent des Clarisses
et également sur le couvent des pénitents où nous avons terminé notre rallye
Sans doute ce fichier de France Poulain, architecte des bâtiments de France, pourra nous éclairer sur les Essentages en Normandie.