Le pays de Lyons la Forêt_ 26 août 2017


Samedi 26 août à 10h30

Randonnée découverte : « Le Pays de Lyons-la-Forêt » - 12 Km – Difficulté : 3/5

Nous sommes une dizaine réunis sous un chaud soleil pour découvrir Lyons-la-Forêt et son proche entourage. Départ du parking de la poste pour d’abord faire connaissance avec la plus grande hêtraie d’Europe. Tout de suite une côte nous accueille sur le petit chemin qui longe le château de la Croix-Mesnil. Nous nous dirigeons ensuite vers le hameau des maisons blanches pour nous engouffrer dans le sentier caillouteux du Val aux Ânes. De magnifiques hêtres plus que centenaires nous escortent

et nous débouchons devant le monument de la Croix de Vaubois, dressé ici en hommage à ce grand résistant Michel Le Poitevin de la Croix Vaubois, mort en déportation et qui a organisé le maquis de résistants si efficace durant la dernière guerre mondiale dans la forêt de Lyons.

La chaleur nous fait renoncer à notre descente vers l’abbaye de Mortemer (nous irons un autre jour) et c’est via le carrefour des Veneurs

que nous regagnons Lyons-la-Forêt pour déguster notre pique-nique réparateur.

L’après midi est consacré à la découverte du village, déjà présent à l’époque Gallo Romaine, mais situé en bas du village actuel, sur la route qui reliait Rouen à Beauvais. Des nombreux vestiges de cette époque ont été découverts dans le quartier du Bout-du-Bas

et de l’église, en particulier les restes d’un théâtre romain. C’est le duc de Normandie Henri 1er Beauclerc qui a édifié le château au sommet de la motte féodale : sur les pentes qui entourent le château s’est installé un village, sur les fondations duquel s’est construit le village d’aujourd’hui.

Au fil des siècles, la noblesse s’est installée ainsi qu’une maréchaussée et une cour de justice (que l’on peut encore contempler de nos jours à l’intérieur de l’Hôtel de Ville). Au XVIIe siècle la contre réforme a doté le village de deux congrégations religieuses : le couvent des Cordeliers

et le couvent des Bénédictines dont les bâtiments sont encore visibles aujourd’hui.

Après avoir admiré le centre ville avec au passage la maison du poète Bensérade et la résidence de Maurice Ravel où le musicien a composé « le tombeau de Couperin »,

c’est en passant par les trois moulins et le merveilleux petit jardin où sillonne la rivière Lieure, enjambée par un pont qui fait allusion à Monet et d’où se découvre une vue magnifique sur la belle façade du couvent des Bénédictines, aujourd’hui école du village.

En suivant la route du Bout-du-Bas, nous sommes encadrés par une succession de maisons à pans de bois, bien fleuries à cette époque de l’été.

Nous voici maintenant devant l’église Saint Denis qui est aujourd’hui bien excentrée par rapport au village actuel, mais très certainement bâtie sur les ruines d’un ancien temple romain.

L’église actuelle à été bâtie au XIe siècle et complètement remaniée au XVIe et XVIIe siècle puis au XIXe. Une rénovation récente nous permet d’admirer aujourd’hui une très belle église très claire et accueillante (de nombreux mécènes ont permis ces travaux d’embellissement).

Un paroissien passionné nous a invités avec beaucoup de gentillesse à visiter l’intérieur de l’église et nous a administré à travers les sculptures, un très complet cours d’histoire Sainte. Riches de notre savoir, nous avons regagné la place des Halles pour récupérer autour d’un pot commun.