Les cadrans solaires de Rouen _ 21 avril 2016


Heureusement pour le sujet traité, c’est sous un merveilleux soleil que nous retrouvons place Saint Vivien notre animatrice du jour Véronique Hauguel, une spécialiste des cadrans solaires. Elle nous attendait de pied ferme avec tout le matériel de circonstance : maquettes, mappemonde, documents, boussole, photos et naturellement plein de cadrans solaires de toutes formes.

C’est par le cadran de la caserne Philippon que nous commençons notre périple, dommage porte fermée, vigipirate oblige, mais heureusement nous avons la photo apportée par notre guide. Le gnomon n’a pas été replacé et les couleurs sont un peu vives, mais qu’importe.
Que deviendra ce cadran lors de la vente de la caserne ?

Puis c’est celui de l’église Saint -Vivien, à côté de « la grille à mystères »
Il vient d’être restauré et comme nous pouvons le constater, il fonctionne parfaitement.
Sa devise « A quand l’heure dernière » pourrait nous indiquer qu’ici se trouvait le cimetière de la paroisse, hors sur le plan Gomboust on voit bien qu’il se trouvait beaucoup plus au nord de l’église. Encore un mystère !

Une pause explicative place du lieutenant Aubert

Et là, cerise sur le gâteau, Monsieur Robinne nous ouvre la porte de l’hôtel d’Aligre rue Damiette, et bien entendu nous présente le cadran solaire sur la façade du voisin hélas plus du tout entretenu depuis des années.

Mais notre hôte pousse la gentillesse jusqu’à nous conter l’histoire du lieu et nous faire visiter l’extérieur de ce splendide hôtel particulier.

Côté cour et côté jardin de l’hôtel d’Aligre

Nouvelle pose dans le jardin de l’Hôtel de ville pour de nouvelles démonstrations techniques.

Et nous voilà devant la méridienne, œuvre de Slodtz, un très beau monument qui mériterait une sérieuse restauration, le conseil de quartier milite pour cela. Voici une gravure de Lallemand qui nous montre la méridienne quand elle était encore sur les quais.

Nous nous rendons ensuite au musée des antiquités ou nous faisons des nouvelles découvertes.

Très gentiment les animateurs dulieu avaient préparé pour notre visite une vitrine d’objet ressortis des réserves. allez visiter ce merveilleux endroit, maintenant gratuit.

En redescendant la rue Beauvoisine , Véronique nous ouvre les portes d’une résidence privée pour nous montrer une méridienne particulière bien cachée des regards. Notre guide nous explique la signification de tous ces signes du zodiaque.

Un lieu absolument magique dans Rouen et maintenant gratuit : Le Secq des Tournelles où nous pouvons voir un cadran horizontal et un « cadran du berger »
C’est un musée que le monde entier nous envie, alors profitez-en.

Et c’est rue Etoupée que nous terminons ce circuit où nous sommes reçus par le propriétaire des lieux. Nous voici devant notre dernier cadran dont la devise est, comme à St Vivien « ultima quando »

Le temps nous a manqué, car bien d’autres lieux nous attendaient encore.
Un parcours bien instructif qui nous a appris beaucoup sur ces mystérieux cadrans solaires.
Un grand merci à Véronique, et aux résidents qui ont accepté de nous recevoir.

Cette balade a été organisée grâce à nos amis de
Association Science en Seine et Patrimoine.

assprouen.free.fr

Un adhérent a trouvé un site pour les passionnés, vous pouvez le consulter ici.
http://michel.lalos.free.fr/cadrans_solaires/index.php