Les côteaux de Saint Adrien_ 8 août 2015


Ce samedi 8 août, nous étions 15 à parcourir ces 12 kilomètres, toujours sous un chaud soleil. Départ du lycée Galilée de Franqueville Saint Pierre, puis cheminement (à l’ombre) à travers bois jusqu’au hameau de Saint Adrien. Malheureusement il ne nous a pas été possible de visiter la chapelle, les propriétaires du chemin d’accès ( bafouant ainsi le droit de passage dont ils sont redevables) interdisent l’accès avec un arsenal bien complet, barrières, molosses et propriétaire peu accueillant. Un endroit à ne plus revenir, bien dommage !!!!!

La chapelle de Saint Adrien est un édifice très populaire sans cesse remodelé avant d’acquérir sont aspect actuel. C’est un lieu de pèlerinage très fréquenté au moyen âge, les populations venaient y invoquer Saint Roch et Saint Sébastien dans l’espoir de se prémunir ou de guérir de la peste. Cet ermitage fut transformé en prieuré sous le nom de Saint Adrien, saint patron des mariniers et des bateliers, qui remontant la Seine avaient pris l’habitude de recevoir la bénédiction en échange de quelques vivres. Les jeunes filles qui souhaitaient se marier venaient piquer un épingle dans le pieds de Saint Bonaventure, les ermites Onumphe et Pancrace auraient invoqué ce saint en plantant une épingle dans leur chair et par ce moyen aidé une jeune fille à trouver un fiancé. La chapelle a aussi été rendue célèbre par l’un de ses prieurs, l’abbé Gilbert Soury, inventeur de la célèbre jouvence, dont notre ami François Clergeat nous a conté l’étrange l’histoire.
Nous avons repris notre chemin en gravissant la terrible montée du coteau, la difficulté de la journée qui en fait rougir certains. Mais en haut un panorama à vous couper le souffle sur les boucles de la Seine et la presqu’île du Rouvray.

Un espace naturel protégé ou poussent des plantes rares : orchidées sauvages, anémones pulsatilles, violette de Rouen etc…
Par un chemin ombragé, nous gagnons Belbeuf, dominé par son château du XVIIIéme siècle que l’on doit à Jean Pierre Prosper Godard de Belbeuf, dernier procureur général du Parlement de Normandie, un homme très impliqué dans les affaires de son temps. Le château est aujourd’hui la propriété des assurances AXA.

La famille Godard repose dans un enclos du cimetière tout proche,malheureusement encore une église fermée.

François nous a conté l’histoire sulfureuse de cette famille, qui avait obtenu le titre de marquisat, a également évoqué la course de la côte de Belbeuf, un événement aujourd’hui disparu. Le parc du château abrite un magnifique colombier du XVIe siècle, qui nous rappelle ce droit dont bénéficiaient les seigneurs.
C’est par un chemin de plaine que nous avons rejoint notre point de départ.