Les hauteurs de Saint Ouen_16 mars 2017


Après un historique de la construction de l’abbatiale fait par notre guide Guillaume Gohon, nous montons au-dessus du portail des marmousets par un escalier en colimaçon pour pénétrer dans une salle éponyme ornée de sculptures : la salle des Marmousets.
Pour en savoir davantage sur les Marmousets, cliquez ici
Admirons de savoureux cul-de-lampe historiés : Mendiant avec un singe d’où peut être l’expression « payer en monnaie de singe »

Encore un autre escalier en colimaçon et nous voici dans le triforium, la galerie sous la rose du transept Sud, pour admirer les vitraux et le transept sous un autre angle (personne sujette au vertige, s’abstenir).
Nous pouvons admirer de très près quelques détails des vitraux de la rose Sud. En voici un particulièrement magnifique.

En face de nous, la rose Nord du transept dessine une étoile à cinq bras dite "sceau de Salomon"

C’est pour nous l’occasion de détailler les peintures murales dans des écoinçons.

Le Croisillon au plafond de la nef, est remarquable par ses couleurs.

Pour faire différents entretiens avant le XXème siècle il n’y avait pas de nacelle. Le trou percé au centre permettait de passer une corde afin de pouvoir monter un homme attaché à celle-ci. Nous verrons, dans quelques minutes, la partie supérieure en allant découvrir les secrets des charpentes.

Mais avant cela nous allons découvrir les toitures du transept et admirer la majestueuse tour. La fleur de lys dans la partie supérieure est là pour nous rappeler la présence royale dans cette abbaye.

Au bord des toits du transept Nord et de la nef, la vue est imprenable et permet de contempler les arcs boutant de la nef et les gargouilles de la tour de l’Abbatiale.

Après un parcours semé d’embuche, couloirs, escaliers, passages étroits, parfois dans le noir complet, nous voici maintenant dans les charpentes de la nef, notre guide nous explique l’assemblage des pièces de bois constituant l’ossature de cette charpente extraordinaire. L’entrait reposant sur les murs et non encastré dans les murs, puis les poinçons, pièces verticales qui montent jusqu’au faîtage et enfin les arbalétriers de chaque coté.

Nous sommes maintenant dans une salle sous la tour Nord de la façade occidentale. Pas très pratique pour aller faire l’entretien au dessus de cette salle de la tour Nord de la façade occidentale. Le recours à des alpinistes est indispensable pour aller couper la végétation qui pousse au dessus dans la lanterne.

D’émouvantes inscriptions, comme celle présentée ci-dessous témoignent que Rouen était un centre logistique important pendant la 1ère guerre mondiale.

Et pour finir cette belle vue de Saint-Maclou depuis le haut de Saint-Ouen.