Randonnée en Val de Saâne _18 juillet 2015


Le départ pour notre troisième randonnée patrimoines est donné ce samedi 18 juillet 2015 aux alentours de 10h depuis Val-de-Saâne. Ce sont deux boucles qui nous attendent : huit kilomètres le matin puis sept l’après-midi, incluant la visite des jardins du château d’Imbleville (le château lui-même, privé, n’est pas ouvert à la visite).

Campagne de Val-de-Saâne

Nous sommes à une quarantaine de kilomètres de Rouen. Val-de-Saâne, ce sont quatre communes du pays de Caux maritime qui ont été réunies en une seule il y a à peine plus de cinquante ans, en 1964 : Eurville, Thiedeville, Anglesqueville-sur-Saâne, Varvannes. Ce rapprochement avait pour but de faire face au dépeuplement induit par l’exode rural. C’est en effet 60% de la population qui a disparu entre 1843 et 1960. Aujourd’hui, ce rapprochement permet à la commune de proposer des services municipaux à la hauteur à ceux d’une commune plus importante, notamment en terme d’équipements sportifs par exemple.
Voilà pour la situation.
La première étape de notre boucle matinale est la fontaine Saint-Sulpice, qui marque la source de la Saâne. La Saâne fait partie des principaux fleuves côtiers seinomarins parmi lesquels on trouve également la Scie, le Dun, la Durdent et la Valmont. Elle parcourt 41 km avant de se jeter dans la Manche entre Quiberville et Sainte-Marguerite-sur-Mer.

Depuis l’Antiquité, les sources sont des lieux emprunts de religiosité et elles ont souvent fait l’objet de cultes. Elles étaient en tous cas liées à des divinités plus ou moins importantes. Il n’est donc guère étonnant de croiser des constructions à proximité immédiate de ces sources : statues (source de la Seine), fontaines… Avec la christianisation, les divinités païennes sont remplacées par des saints chrétiens.
Ici, à Varvannes, le site est probablement sanctuarisé depuis la plus haute Antiquité. La fontaine actuelle, érigée à l’effigie de Saint-Sulpice de Bourges né au VIe siècle et décédé en 647, date du XVe siècle. L’eau de la source aurait pour propriété de guérir les maladies de peau et de faire marcher les nourrissons.

Fontaine de la Source de la Saâne
Au fil de la randonnée, nous passons en contrebas de l’église Saint-Sulpice de Varvannes et devant le portail de l’ancien château de Varvannes, disparu dans un incendie en 1890.

Église Saint-Sulpice à Varvannes
L’après-midi, nous prenons la direction du château d’Imbleville. Celui-ci est, à juste titre, surnommé la « Perle de la Saâne » (bien que cette appellation soit en réalité très récente). Ses origines sont relativement récentes puisqu’elles remontent à la toute fin du XVe siècle. C’est en 1491 que Zanon de DAMPIERRE, seigneur de Biville-la-Baignarde, lance sa construction. Le Moyen-âge touche alors à sa fin (pour rappel, deux dates sont retenues pour marquer la fin du Moyen-âge en Europe : 1492 pour la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb ou 1453 avec la chute de Constantinople et de l’empire byzantin). Contrairement à ce que laissent penser les apparences au premier abord, nous sommes bien face à un château de conception médiévale.
Le château d’Imbleville

Le château resta dans la famille fondatrice jusqu’au début du XVIIIe siècle. Après plusieurs changements de propriétaires, c’est Louis de Folleville qui en hérite en 1842. C’est au cours de cette période au XIXe siècle que le château subit ses plus grandes transformations, avec notamment la destruction de la galerie qui reliait la chapelle au château, que le mur d’enceinte est détruit pour être remplacé par un système de douves.

La Saâne, dans le parc du château d’Imbleville
Un artisan célèbre dans la région a également travaillé sur l’édifice : le ferronnier Ferdinand MARROU. Il a réalisé les épis de faitage ainsi que les encadrements des fenêtres des combles. Et lors de la réfection de la toiture entre 2003 et 2011, c’est son descendant qui a travaillé sur le chantier.

Toiture du château d’Imbleville

Épi de faîtage représentant Neptune, sur le toit de la chapelle du château d’Imbleville.
Cette année, les jardins du château sont ouverts à la visite du 20 juin jusqu’au 30 août, du jeudi au dimanche de 11 h à 13 h & de 14 h à 18 h. Le tarif est de 2 € par personne (adultes) ou 1 € (enfants et groupes).
Ensuite, nous reprenons le chemins de notre randonnée sous le soleil qui nous fait passer le long d’Eurville avant de redescendre vers notre point de départ.

Monument commémoratif et église de Val-de-Saâne
Au final, nous aurons marché un peu plus de six heures, réparties sur la journée, à un rythme largement abordable au plus grand nombre (même si certains photographes se retrouvaient souvent à la traîne, à commencer par moi-même).
Vous trouverez plus d’information sur le patrimoine de la commune par là et sur le château d’Imbleville par ici.

Élisa DOLLEANS