Sur les pas de Madame Bovary_20 juin 2015


Pour notre deuxième randonnée qui s’est déroulée à Ry, c’est le patrimoine littéraire que nous avons fait découvrir à nos adhérents qui étaient une petite trentaine à participer à cette balade pittoresque sous un soleil caché, mais un climat idéal pour marcher.
Ry est une superbe petite bourgade de la vallée du Crevon, dominée par son église remaniée au cours des siècles, mais qui possède encore sa tour de clocher du XIIe siècle sur laquelle on remarque une très belle baie géminée

. Attenant à l’église, c’est aussi le magnifique porche renaissance aux décors somptueux bien caractéristique de cette époque.

C’est un véritable livre qu’il faut prendre le temps de décrypter. On y trouve : les animaux (dauphins, oiseaux, dragons, hippocampes…), les plaisirs de la cour qui font allusion aux fêtes (masques, têtes de faunes entourés de têtes de coq, petit satyre…), le feuillage (feuille d’acanthe, volutes en panache…). A l’entrée les têtes de mort évoquent les épidémies et la famine. Les anges portent les instruments de la Passion. La galerie des portraits nous montre lui et elle, les donateurs seigneurs de Moy. En levant la tête, on distingue la charpente en carène renversée : elle symbolise la voûte céleste. Les chérubins s’envolent vers le Père éternel, tandis que des rageurs semblent dévorer les poutres. A l’extérieur les saints et les évangélistes semblent veiller sur le monument.
Près de la porte occidentale, des stèles nous ramènent à Flaubert. Tout d’abord celle d’Eugène Delamare,

un piètre officier de santé de Ry, qui avait été élève du père de Flaubert et dont la vie de la deuxième épouse, Adeline Couturier a inspiré Flaubert pour camper le personnage de son roman « Madame Bovary ». C’est ainsi que Ry devint « Yonville l’abbaye » (à cause de l’abbaye de Sigy, toute près) et que le couple Delamare devint Bovary. En parcourant le village, on remarque quelques habitations que l’on retrouve dans le roman : les deux maisons des Delamare-Bovary, l’hôtel du lion d’or (devenue Crédit Agricole), l’étude du notaire, la pharmacie Homais-Jouane, etc.
Après notre hommage à Flaubert et avoir longé le Crevon, nous arrivons devant cet immeuble de briques du XIXe siècle : « le Phalanstère », ancêtre de nos logements sociaux, qui devint gendarmerie avant d’être transformé en appartements. Retour au roman de Flaubert en escaladant le « Mont Ecaché », une belle pente que parcourait Emma Bovary pour rejoindre son amant au château de la Huchette..
Après avoir cheminé à travers champs et bois, nous voici à Saint Denis le Thibout,un charmant village qui possède une très belle église de campagne, remaniée elle aussi au fil des siècles, mais malheureusement fermée.

A proximité, un monument aux morts très particulier, où une normande remplace les traditionnels poilus. Puis c’est la montée à travers bois pour déboucher devant la manoir des Ventes devenu centre de détention fermé après avoir abrité le « Maquiparc », parc d’attraction qui a fermé ses portes dans les années soixante dix. Cet établissement avait été créé par les frères Boulanger, ex propriétaires d’une scierie toute proche sous laquelle pendant la dernière guerre mondiale, ils avaient creusé des galeries souterraines qui abritaient un important réseau de maquisards. Du haut de la côte, on aperçoit une croix de Lorraine qui rend hommage aux disparus de la dernière guerre. Enfin un chemin de plaine et de forêts nous permet de regagner Ry. Comme à l’habitude, nos botanistes maison ont aidé à déterminer la flore de notre circuit.
Note : les photos prises par Élisa DOLLÉANS ne sont pas de saison car antérieures à cette randonnée. Elles ont été prises le 7 janvier 2014.