Découverte de Louviers_ 5 février 2017


Dimanche 5 février à 14h30

Randonnée culturelle : Découverte de Louviers

Malgré une météo agitée durant le week-end, le soleil avait décidé de nous accompagner dans notre randonnée à travers le centre historique de LOUVIERS, cité drapière.
En 1199, la ville est cédée à l’archevêque de ROUEN par Richard Cœur de Lion Duc de Normandie en échange des terres des ANDELYS où ce dernier va édifier sa forteresse de Château-Gaillard. Sous l’impulsion du prélat, riche et habile gestionnaire, la ville va très vite développer une industrie drapière autour des nombreux bras de l’EURE qui la traversent.

Au cours des siècles suivants, comme de nombreuses villes artisanales et commerçantes, LOUVIERS va souffrir des périodes de conflits qui vont marquer son histoire : la guerre de 100 ans puis les guerres de religion et dans une moindre mesure de la révolution qu’elle traversera avec une certaine habileté. Acquise aux idées des Lumières, LOUVIERS sera à la pointe des nouveautés de la révolution industrielle de la fin du XIXème et du début du XXème siècle.

En juin 1940, les bombardements détruiront totalement le centre-ville ancien. L’activité drapière sera incapable de se relever durablement à la fin du conflit et la dernière manufacture fermera en 1960. Aujourd’hui Louviers fait partie de l’agglomération de Val-de-Reuil et s’est reconvertie dans l’industrie pharmaceutique.
Nous sommes partis sur les traces de ce passé riche et diversifié.

Cheminant entre les différents bras de l’EURE et des canaux créés par l’homme, à l’intérieur du périmètre des anciens remparts, passant de rues en quais et franchissant les ponts, nous avons découvert successivement : le Moulin Balsan ancienne minoterie, la maison « du fou du roi » (un apothicaire qui s’est mis au service d’Henri IV), la maison du Parlement où s’était replié le Parlement de Normandie en 1598 lors de l’occupation de Rouen par les Huguenots, la rue des Grands Carreaux et la rue Tatin, toutes deux joliment restaurées…
A l’hôtel de ville, nous avons évoqué le rôle des anciennes congrégations nombreuses dans la ville au XVIIème siècle. Nous avons constaté autour de la place Ernest Thorel l’opulence de la cité générée par l’industrie drapière à la fin du XIXème siècle ; nous avons évoqué la figure emblématique de Pierre Mendès-France, son parcours et sa carrière d’homme d’État débutés à Louviers.
Redescendant vers le centre-ville nous avons admiré l’église Notre-Dame érigée au XIIème siècle, protégée par un austère clocher-beffroi datant de la guerre de cent ans,

mais décorée d’un porche royal gothique normand flamboyant ajouté au XVème siècle. L’intérieur de l’église n’est pas en reste : superbes vitraux, riche statuaire, orgue qui vit régulièrement jouer Maurice DURUFLE autre figure lovérienne, sans oublier l’anonyme et malicieux « Maqueux d’soup’ », symbole de la ville, qui préférant sa gamelle à son rôle de guetteur au rempart avait laissé les Huguenots s’infiltrer dans la cité.

Nous avons poursuivi notre visite par l’ancien quartier des manufactures entre fabriques, manufactures avec leurs greniers à étentes, moulins, quais et pontons. Nous avons évoqué les familles d’industriels qui ont façonné la cité : DE BIGARS, DECRETOT, TERNAUX… Nous avons terminé cette balade par le cloitre des Pénitents, seul cloitre construit sur l’eau et qui a fait l’objet d’une magnifique restauration.